Projet de service

Le projet de soins

Le Médecin Référent du service intervient dans l’élaboration du projet de soins. Il participe avec l’équipe pluridisciplinaire et les parents, à l’accueil des enfants diagnostiqués déficients sensoriels (déficients auditifs et/ou visuels). Il coordonne la mise en œuvre du projet de soin.

Après chaque admission, il définit avec l’équipe pluridisciplinaire, la période d’observation permettant d’affiner le diagnostic posé, et s’assure du suivi médical régulier du bénéficiaire. Il assure l’organisation et l’animation de la réunion de synthèse annuelle et est à même d’organiser et de proposer des formations internes à l’équipe.

L’Orthophoniste intervient essentiellement auprès des enfants suivis au S.A.F.E.P. et au S.S.E.F.I.S. Tous les suivis des enfants malentendants doivent faire l’objet d’un bilan par l’orthophoniste.

Les séances, individuelles ou de groupe ont lieu une à plusieurs fois par semaine, selon les besoins de l’usager. Le travail peut se réaliser à domicile, à l’école ou au sein du centre.

La situation de handicap peut provoquer des vécus douloureux pour l’usager: Rejet, échec, dévalorisation de soi… Un suivi psychologique peut être envisagé. Une aide psychologique pourrait permettrait au bénéficiaire d’être en pleine possession de ses ressources psychiques favorables aux apprentissages et à son épanouissement.

Par ailleurs, le handicap est parfois difficile à vivre pour les familles. La consultation psychologique leur donnerait un lieu d’écoute.

A la suite d’un certain nombre de séances (déterminé dans le projet de soins), une évaluation de la progression du bénéficiaire est effectuée et le projet peut alors être réaménagé en cas de nécessité.

Pour finir, le travail proposé en séance de psychomotricité est une mise en jeu du corps. L’espace des séances est un terrain d’explorations motrices et sensorielles, un lieu de créativité et d’expression. La spécificité de la psychomotricité réside dans l’écoute et l’attention particulières portées aux manifestations psychocorporelles et à leurs significations.

Pour la déficience sensorielle en général, le psychomotricien traite l’ensemble des troubles psychomoteurs conséquences ou non du handicap sensoriel. Il veille à la mise en place de toutes les potentialités psychomotrices nécessaire à un développement harmonieux. Enfin, les séances de psychomotricité doivent être une aire d’expression des difficultés par le biais du corps et du jeu.

Le projet Educatif

Le projet s’applique par un accompagnement collectif (sous forme d’ateliers) et/ou individuel. En effet, l’éducateur ou le référent éducatif rencontre régulièrement le bénéficiaire et sa famille (ou représentants légaux) d’une part pour des bilans, et d’autre part pour travailler sur les problématiques individuelles.

Il permet :

– aux usagers et/ou à leur famille d’être acteurs dans l’élaboration, la réalisation et le suivi de leurs projets de vie tout en tenant compte de leurs capacités et de la faisabilité du projet,

– aux usagers et à leurs familles de prendre connaissance de tous les moyens de communication et de compensation relevant de nos compétences et nécessaire à la bonne réalisation de leurs projets.

Le projet éducatif vise à :

  • Favoriser toutes possibilités d’épanouissement au regard des potentialités de chaque usager ;
  • Mettre en place des actions à visée éducative pour prévenir les risques de stigmatisation, de rupture ou d’exclusion…
  • Favoriser l’accessibilité des jeunes accueillis aux ressources diverses de l’environnement
  • Favoriser l’accès à l’autonomie ;
  • Accompagner chaque usager vers une vie sociale par l’apprentissage des règles de vie (respect d’autrui, des lieux de vie, …) et de conduites sociales en adéquation avec leur environnement

 

Pour que ces orientations trouvent un sens dans le projet individualisé de chaque jeune, il s’agit pour l’ensemble des éducateurs ou de référents éducatifs :

  • d’éveiller le désir, de susciter l’intérêt,
  • d’amener le bénéficiaire à faire ses choix
  • de créer du lien,
  • de favoriser la mixité (sourds et entendants, déficients visuels et voyants)
  • d’encourager l’expression de demandes par la création de « climat sécurisant »,
  • de soutenir l’élaboration de projets sous toutes les formes, en sollicitant et stimulant les capacités d’échanges et les aptitudes de chacun.

Le projet pédagogique

Il prend en compte l’ensemble du public accueilli. Ainsi :

 

Les déficiences sensorielles sont caractérisées par une atteinte physiologique plus ou moins importante qui peut compromettre la vision, l’acquisition naturelle de la langue française et une communication orale efficace. Les jeunes malentendants et malvoyants, êtres à part entière, présentent dans leur perception du monde et dans leur communication des spécificités qui ne se réduisent pas à une déficience.

 

Pour les déficients auditifs, notons particulièrement l’exploitation préférentielle qui est faite du canal visuel comme principal support dans la relation de communication.

Cette exploitation favorise la mise en place de plusieurs modes de communication :

– La lecture labiale complétée si besoin par le Langage Parlé Complété (LPC)

– La Langue des Signes Française (LSF) ou français signé

– L’écrit.

 

Cette diversification des modes de communication est nécessaire au développement des aptitudes relationnelles et communicationnelles des jeunes et favorisera leur insertion socio-professionnelle future.

Le jeune sourd, grâce au langage, aura la possibilité de :

  • communiquer le plus tôt possible,
  • se développer cognitivement dès son plus jeune âge,
  • accéder plus facilement aux apprentissages,
  • s’ouvrir au monde extérieur,
  • avoir un contact linguistique avec le monde environnant ainsi qu’une acculturation dans le monde des sourds.

Pour le jeune déficient visuel, les moyens mis en œuvre ont une double orientation tant sur le plan technique que pédagogique :

  • adaptations pédagogiques
  • stimulation et développement de la vision fonctionnelle
  • apprentissage des techniques palliatives et du braille si nécessaire

Les principes d’intervention : Le service intervient auprès des bénéficiaires en prenant en compte les principes définit dans la Charte associative tels que :

  • Le non exclusion sociale des personnes
  • Le non communautarisme
  • Le respect de la vie privée
  • Le respect des choix des bénéficiaires
  • La participation à la vie de la cité
  • La solidarité
  • Le respect de la Liberté d’autrui si cela ne met pas en danger le bénéficiaire